22 juillet 2015

LOVE & SELFIE

 

cigarette-electronique-interdiction-mineurs

 

Après avoir énervé certains parents d'autistes avec son clip du même nom ("Autiste", donc), trimballé un ministre mort devant le Sénat ("Shoote un ministre") et avoir émoustillé Christine and the Queens avec "Bonjour" (qui vient de passer le million de vues sur youtube), Vald est de retour avec "Selfie" et va certainement encore faire parler de lui grâce à la chanson certes, mais surtout grâce à ses trois clips : un pour toute la famille, un deuxième érotique et esthétique et un troisième clairement porno. 

Au delà de cette polémique qui va certainement éclatée emportant dans son tourbillon toute la bande à ripper le soleil des "Ni putes Ni soumises", "Famille de France", "Promouvoir" et des "Castors analphabètes", il est surtout intéressant d'observer cette tendance qu'a le X à venir marquer de son empreinte des oeuvres "classiques". Cela fait certainement d'ailleurs plaisir à John B. Root et à Christophe Bier qui, dans l'objet littéraire "Distorsion X" de l'ami Rurik Sallé (entre autres), regrettaient que la loi X de 1975 restreignait la sortie des oeuvres contenant des scènes pornos (par le biais de diffusions restreintes, de taxes supplémentaires, etc...) et avait ainsi empêcher le X de devenir le choc visuel qu'il méritait et la création de films X de Maître comme il en existe dans d'autres genres tels que l'horreur et le fantastique.

 

distorsion X

 

Effectivement, il est encore un peu tôt pour se dire, qu'enfin, la pornographie va réussir à s'intégrer à long terme dans des oeuvres artistiques et venir ajouter sa puissance à une histoire comme ont pu le faire la violence physique et psychologique mais il faut tout de même se satisfaire du fait qu'en une semaine deux oeuvres intéressantes et donc importantes, ont amené la pornographie à un niveau artistique rarement vu et ne sont donc pas seulement (voir pas du tout) à vocation masturbatoire. Il y a donc, bien sûr, les clips de "Selfie" avec les acteurs X, Nikita Bellucci et Ian Scott mais aussi la sortie au cinéma de "Love", le nouveau film de Gaspard Noé. Même si ce dernier comporte effectivement moults scènes à caractères pornographiques, elles sont là pour appuyer l'histoire d'amour de ses deux héros, Murphy et Electra. Le sexe et la passion faisant partie intégrante de la relation amoureuse, Noé a donc décidé d'aller au bout de son ambition et de ne rien cacher (en même temps, ça aurait été étonnant de la part du réalisateur d'Irreversible). Le caractère sexuel du film faisant donc partie intégrante de l'ADN du film et apporte beaucoup au métrage et à l'histoire.

 

NoeLovePoster-thumb-630xauto-51550

 

Pour "Selfie", on ne peut pas dire que l'aspect X était obligatoire pour illustrer la chanson mais il faut admettre que la réalisation de trois clips différents et la montée en puissance entre chaque vidéo est un petit coup de génie. D'une part grâce à l'efficacité de cette montée crescendo qui nous fait passer d'un rire franc lors du premier clip avec ses moments purement humoristiques (Vald joue de la guitare à côté des deux tourtereaux ou se place entre eux dans le jacuzzi) à un rire un peu plus nerveux, dans le 3ème clip, du genre "ce mec est complètement malade" devant Vald qui prend des photos, avec son portable, de Nikita avec la poutre de Ian Scott dans la bouche. 

De plus, forcément, lorsqu'on découvre le premier clip, on a envie de voir les autres car on se doute que ça va aller loin dans le cul et en même temps, on se dit qu'il n'ira peut être pas aussi loin que ce que l'on peut s'imaginer. On se demande si Vald a osé, s'il ne s'est pas auto-censuré (mais ce serait mal connaître Vald) ou si quelqu'un ne lui aurait pas dit de se calmer donc on veut vérifier. On se dit que si Vald s'est dégonflé, ça ne va pas le faire. Et puis arrive ce qui arrive et malgré le fait que l'on soit prêt, on est forcément un peu choqué... mais on applaudit l'audace.

 

vald-selfie-2-620x381

 

Les trois visionnages des clips ont aussi un côté marketing non négligeable. Entendre trois fois de suite plusieurs fois "Et on fait des selfies, en bisou sur la joue", ça vous rentre dans le crâne et ça reste. Et ça vous fait même le chanter. Alors, certes, on n'est pas devant la chanson de l'année ni devant le meilleur titre de l'artiste mais ça a le mérite d'être fun et efficace.

Avec "Love" et "Selfie", la pornographie fait donc un joli détour vers le cinéma "traditionnel" (si l'on peut dire avec l'ami Gaspar") et la musique. En espérant que cela ne reste pas un tir isolé !

Ah et au fait, je vous parlais plus haut de "Distorsion X" et bien, sachez que "Distorsion Shock !", le second volet est à venir bientôt et qu'une campagne de financement est en cours sur Ulule : https://fr.ulule.com/distorsion-shock/ ! N'hésitez pas à soutenir cette belle initiative portée par l'excellent Rurik Sallé !

 

distorsion

 

Et voici bien sûr, les trois clips de "Selfie" :

Vald - Selfie #1

 SELFIE #2

 

SELFIE feat. Nikita Bellucci & Ian Scott - Pornhub.com

Watch SELFIE feat. Nikita Bellucci & Ian Scott. Pornhub is the ultimate xxx porn and sex site.

http://www.pornhub.com

 

 

 

 

 

Posté par biquettepower à 21:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Commentaires sur LOVE & SELFIE

    Coucou,
    Ah oui, les clips sont très osés. Je me demande s’il n’est pas un peu barjo par moment. Perso, je ne trouve pas que tout ce tralala était nécessaire pour Selfie, car cela ne colle pas vraiment au texte. Mais bon, c’est son style.

    Posté par Michaël Genoux, 26 octobre 2015 à 18:38 | | Répondre
Nouveau commentaire